Economie collaborative : pourquoi en parle t'on autant ?

Comprendre les contours de l'économie collaborative pour mieux cerner les enjeux. 

Economie collaborative : pourquoi en parle t'on autant ?
Un nouveau modèle socio-économique

Vous avez un litige ? Faites valoir vos droits ! L’économie collaborative, on y participe, presque quotidiennement pour certains, sans forcément bien savoir de quoi on parle ... Le contexte socio-économique actuel est plus que jamais marqué par ce nouveau modèle de consommation et la réglementation s'y adapte progressivement. Une raison suffisante pour faire le point !


Economie collaborative : de quoi parle-t-on ?

L’économie collaborative est un nouveau mode de consommation qui se base sur une relation entre particuliers.

Cette relation peut prendre la forme d’une mise à disposition de biens ou de services, de temps ou de connaissances, de compétences, à titre gratuit, ou non, ou sous forme d’échanges, de l’utilisation partagée d’un bien, etc.

L’idée centrale consiste à accéder à un bien sans le posséder, à bénéficier d’un service dans un contexte où l’interpersonnel est pivot.

Des exemples tirés de nos nouvelles habitudes de consommation : la location de logements entre particuliers, le covoiturage, les prêts d’outils ou d’équipements de bricolage, les échanges de vêtements, le troc de livres, etc.

Des plateformes de mises en relation entre particuliers ont accompagné, puis consolidé, ce nouveau mode de consommation : airbnb (location de logements entre particuliers), ouicar, (location de voitures entre particuliers), blablacar (covoiturage), troc des trains (revente entre particiliers de billets de train non échangeables non remboursables), entraide.consoglobe (échange de compétences et de services), cocolis (livraison de colis entre particuliers), etc.



Les raisons du succès

Les causes de cette montée en charge sont très diverses, mais la raison majeure est d’ordre financier : sans intermédiaire, avec une souplesse presqu’inédite (réserver un trajet Paris-Marseille en covoiturage 1 heure avant le départ est possible, et ce, à un coût défiant toute concurrence), elle répond aux attentes de nombreux consommateurs d’aujourd’hui.

A ceci s’ajoute le lien social qui permet de donner à la relation une toute autre saveur.


Economie collaborative et fiscalité

Deux points appellent à des précisions :
 
  • quant à la nature des revenus à déclarer :
 L'administration a récemment acté que seuls les revenus qui ne relèvent pas d'un partage de frais sont à déclarer. Autrement dit, dès lors que la dépense aurait eu lieu quand bien même la mise en relation entre particuliers n'aurait pas existé, les ressources provenant du partage de frais n'ont pas à figurer sur la déclaration fiscale.

Ce sera le cas notamment du covoiturage, dès lors que le prix facturé n'excède pas le coût du trajet. A l'inverse, la location d'appartement ou de voiture par exemple génère des ressources supplémentaires qui doivent être déclarés.
 
  • quant aux modalités de la déclaration
Les revenus provenant de l’économie collaborative sont à déclarer dans la catégorie « Bénéfices non commerciaux » de la déclaration de revenus. Les personnes qui en font une source de revenus réguliers devront déclarer ces gains dans la catégorie « Bénéfices industriels et commerciaux » (BIC).

Pour en savoir plus et connaître les informations et événements liés à l’économie collaborative ; ouishare, economie-collaborative


A lire aussi

Laissez votre commentaire


«Faites-nous connaître votre opinion. Partagez vos commentaires et vos questions. Ils vont ajouter une grande valeur à cette discussion."

Envoyer commentaire
Recevez plus d'infos sur ce thème !

Inscription à la newsletter 100% gratuite

En cliquant, j’accepte de recevoir des communications de marketing direct envoyées par monportailfinancier.fr et par nos partenaires. .

Valider