Google Brain : le géant américain va-t-il déjà trop loin ?

Nous vous présentons ce qu’il faut savoir sur Google Brain, le programme de recherche en intelligence artificielle de la firme californienne.

Google Brain : le géant américain va-t-il déjà trop loin ?
Que savons-nous sur Google Brain ?

Le programme de recherche en intelligence artificielle Google Brain vient de passer à la vitesse supérieure et cela peut devenir inquiétant pour certains. En effet, sans aide humaine, deux machines ont pu apprendre et communiquer entre elles dans un langage qui leur est propre.

Pour mieux comprendre, nous allons vous expliquer en détail en quoi consiste ce projet et ce qu’il s’est passé entre ces deux intelligences artificielles.
 

Google Brain : l’intelligence artificielle va-t-elle dépasser l’homme ?

 

Le développement du « Deep learning »

 Le projet Google Brain commence en 2011, lorsque des chercheurs de Google en collaboration avec un professeur de l’Université de Stanford s’associent afin de concevoir un logiciel de « Deep Learning » (apprentissage en profondeur, en français).

Le « Deep Learning » est une technologie d’apprentissage et de classification pour les machines. Elle repose sur des « réseaux de neurones » artificiels. Un peu à l’image des neurones humains. Chaque neurone est une unité spécialisée dans une tâche simple, le calcul du premier neurone va être retenu par le second, ce qui va lui permettre de prendre le relais grâce au « savoir » et au travail du premier et ainsi de suite. Avec des milliers de neurones, l’évolution des connaissances de l’ensemble des réseaux devient énorme et rapide.

Cette technologie est déjà utilisée par nous au quotidien avec nos smartphones ou tablettes. Google Now, Siri ou Cortana sont basés sur le « Deep Learning ». C’est ainsi que nos appareils reconnaissent nos voix (en tout cas les mots prononcés), des textes, des images ou des visages.
 

Une intelligence artificielle de plus en plus autonome

Depuis 4 ans, Google Brain surprend de plus en plus les observateurs.

En 2012, le projet avait eu une avancée spectaculaire lorsque l’intelligence artificielle avait réussi à découvrir l’existence des chats en analysant pendant 3 jours, 10 millions d’images sur YouTube. Sans intervention humaine, avec 16 000 ordinateurs connectés entre eux copiant le fonctionnement de certains aspects du cerveau humain, Google Brain avait compris tout seul ce qu’était un chat et ce qui le caractérisait physiquement.

Mais ce qui s’est passé en octobre 2016 doit être catalogué à un niveau bien supérieur d’intelligence artificielle (IA). En effet, deux IA ont réussi à communiquer entre elles dans un langage qu’elles ont développé sans que les scientifiques ne puissent comprendre ce dont elles parlaient.

Plus concrètement, Alice et Bob, les deux IA ont été mises en relation par les chercheurs, puis elles ont commencé à communiquer entre elles. Par la suite, elles ont développé toutes seules, un chiffrement afin de sécuriser leur communication.

Les humains doivent-ils avoir peur ? Peut-être pas encore, car il a tout de même fallu plus de 15 000 tentatives à Bob et Alice pour se comprendre.

A lire aussi :

Laissez votre commentaire


«Faites-nous connaître votre opinion. Partagez vos commentaires et vos questions. Ils vont ajouter une grande valeur à cette discussion."

Envoyer commentaire
Recevez plus d'infos sur ce thème !

Inscription à la newsletter 100% gratuite

En cliquant, j’accepte de recevoir des communications de marketing direct envoyées par monportailfinancier.fr et par nos partenaires. .

Valider