Le prêt relais sec : un moyen de ne rien avancer

Comprendre le fonctionnement du prêt relais sec pour optimiser ses opérations immobilières tout en s’assurant plus de sérénité financière

Le prêt relais sec : un moyen de ne rien avancer
Le prêt relais sec : une seule dette à régler

Faire coïncider achat d’un nouveau bien immobilier et vente du premier est une opération qui ne se concrétise pas toujours dans les délais souhaités. Pour répondre à cette problématique, il y a le prêt relais sec, un mécanisme de financement qui vient au secours des particuliers en situation de transition.

Prêt relais sec : quel est le principe ?

 

Le prêt relais sec vise à permettre l’achat d’un bien immobilier avant d’avoir vendu un premier bien dont la valeur constituera l’apport pour acheter le second.

Il s’agit d’une avance de fonds réalisée par la banque, le capital prêté devant être remboursé par la vente du premier bien.

Le prêt relais sec concerne donc les situations dans lesquelles le bien acheté est moins onéreux que le bien vendu. Le montant du prêt relais ne pourra excéder 80% du montant du patrimoine à céder. Il tournera généralement autour de 50%.

A savoir : cette avance de fonds est réalisée dans la limite de 24 mois.

Les modalités de remboursement

Le remboursement de l’argent prêté se fait à la fin du contrat, autrement dit lors de la vente effective du bien. Cependant, pendant la durée du prêt, le client reste redevable de mensualités, mais elles se composent uniquement d’intérêts.

A savoir : à la différence du prêt relais classique dont le taux s’aligne sur celui du prêt immobilier (on parle de « prêt relais adossé »), le taux d’intérêt du prêt relais sec sera plus élevé, les établissements bancaires devant rentabiliser le prêt dans un délai très court.

Application pratique

Préalablement à toute demande de crédit relais, il est impératif de faire estimer le bien à vendre, par un notaire, un agent immobilier, etc.

Les banques font de cette estimation une condition d’octroi du prêt. Certains établissements proposent mêmes de réaliser eux-mêmes cette estimation.

Exemple : pour un bien estimé et mis en vente à 200 000 euros, le prêt relais s’élèvera à 140 000 euros, soit un financement de 70% de la banque.

En 2017, les taux généralement pratiqués par les établissements sur un crédit relais sec sont de l’ordre de 1,6% sur 24 mois, tout en sachant que plus la vente a lieu rapidement, mois le crédit sera couteux.

A savoir : pour calculer le coût de revient de votre prêt relais, utilisez le simulateur mis à votre disposition.

Points de vigilance

Dans un contexte immobilier fluctuant, la vigilance reste de mise. En effet, le bien peut ne pas trouver preneur, et ce, même au bout de deux ans. Dans ce cas, le prix de vente devra être revu à la baisse et par conséquent, le montant du crédit de transition ne pourra plus couvrir l’achat…

Il est recommandé de ne recourir au prêt relais sec que lorsque le montant de la transaction est fiable (compromis de vente…).

A lire aussi :

 

Continuer à lire

Laissez votre commentaire


«Faites-nous connaître votre opinion. Partagez vos commentaires et vos questions. Ils vont ajouter une grande valeur à cette discussion."

Envoyer commentaire