Que faire en cas de refus de crédit à la consommation ?

Comprendre les raisons qui peuvent conduire à un refus de crédit à la consommation ainsi que les alternatives permettant de concrétiser ses projets

Que faire en cas de refus de crédit à la consommation ?
Explications et conseils

Lorsqu’une personne dépose une demande de crédit auprès d’un établissement bancaire, le prêt n’en est pas automatiquement acquis. Un refus de crédit à la consommation est chose courante, mais il faut savoir que ce n’est pas une fin de non-recevoir au projet !

Pour agir efficacement suite à un refus de crédit, il faut en comprendre les raisons. Faisons le point.

L’analyse du refus de crédit

L’octroi d’un prêt, quel qu’il soit, est conditionné par la présentation, par le client, de certaines garanties. Ce sera le cas notamment d’un emploi stable, de rentrées d’argent régulières, d’une capacité d’épargne ou d’autofinancement du projet, etc.

Si l’établissement financier considère que l’attribution d’un prêt est trop risquée (remboursement des échéances non sécurisé, etc), il peut répondre par un refus de crédit.

Une question de notation

La réponse à une demande de crédit fait suite à une analyse objective du dossier : les critères d’examen du dossier sont prédéterminés et pondérés par la banque et chaque paramètre renvoie à une note.

La notation finale conditionne la réponse à la demande de crédit : refus ou acceptation.

Sont notamment pris en compte le taux d’endettement, le volume des crédits en cours, l’historique bancaire (fichage Banque de France, découverts fréquents, etc,).

Que faire après la notification du refus de crédit ?

La banque devra communiquer au demandeur le détail de la notation ayant conduit à la notification du refus de crédit, et ce, sous deux mois.

En cas d’insuffisance de garanties

Si la situation de l’emprunteur ne lui permet pas d’offrir les garanties attendues par une banque, il est fort probable que tous les établissements de crédit suivront le même raisonnement. Une demande de crédit sans justificatif de ressources pour le rembourser, ou lorsque le client a déjà de nombreux crédits en cours, aura peu de chance d’aboutir.

Le conseil : améliorer autant que possible sa situation, reporter ou renoncer à son achat.

En cas de simple refus

Lorsque l’emprunteur dispose d’un dossier correct, sans risque majeur, le refus des autres banques ne présume pas.

En effet, les conditions d’octroi sont plus ou moins souples d’une banque à l’autre, il sera donc possible de faire jouer la concurrence.

Ces démarches permettront également de négocier un taux d’emprunt plus avantageux.

Refus de crédit : ce qu’il faut en retenir

Un refus de crédit doit être appréhendé positivement.

Si les capacités d’emprunt à moyen ou long terme sont positives, il faut persévérer et démarcher les établissements.

Dans le cas contraire, il vaut mieux procéder par étapes en projetant d’abord d’améliorer son profil emprunteur (emploi, remboursement crédits en cours, etc.) tout en gardant à l’esprit que si le crédit a été refusé, c’est pour éviter à l’emprunteur de se retrouver en difficultés financières, voire en situation de surendettement.

Mieux vaut reporter un achat que devenir un emprunteur considéré « à risque », et bloquer, pendant une certaine période, l’ensemble de ses projets.

A lire aussi :

Continuer à lire

Laissez votre commentaire


«Faites-nous connaître votre opinion. Partagez vos commentaires et vos questions. Ils vont ajouter une grande valeur à cette discussion."

Envoyer commentaire
5 Commentaires
  • couzinet 05-06-2015 13:24:13

    je suis a la retraite je souhaiterais avoir un prêt consommation ma banque répond que mes revenus ne sont pas suffisants 1060€ mois Est-ce que c'est vrai merci pour votre réponse

  • Grach daniele 22-02-2015 13:08:55

    Je suis fichier à la banque de France car j ai u des incident pour remboursez des crédits donc je ne peu pas faire de demande de rachat de crédits comment je peu faire pour que je m en sorte y a t il une solution merci

  • SAC 21-02-2015 19:18:39

    Bonjour, En cours de divorce, constitution de la soulte, résulte la séparation de nos biens communs. Nous somme d'accord, cependant finaliser devient très complexe. J'ai racheté les parts sociales de ma société. J’ai remis la gérance il y a deçà quelques années à mon fils, devenant seulement actionnaire. Le divorce sous régime de la communauté n’est pas finalisé. Aussi l’expert comptable a demandé un commissaire au apport d’évaluer ma deuxième structure une Entreprise Services de propreté et nettoyage industriel. Il découle de ceci l’apport sur la société. A ce jour, je suis le gérant officiel du fond de commerce avec le passif et l’actif puis une augmentation du capital et une seule structure. Le contingent redut pour madame tous calcul est de 100 K/€. Toutefois, un accord de principe est dans les mains des avocats. Cette somme sera réglée en 120 mensualités convenu et acceptée par la partie adverse. Je n’ai aucune dette personnelle. Attestation d’expert comptable de revenu, bordereau de récapitulatif d’une retraite des armées versée à vie. Soit 2750 € /mois. Selon l’évolution de la société à la fin de l’année une probabilité de bénéfice. Madame me laisse la maison qui devient mon siège sociale certes, cependant, je n’ai pas le document du tribunal ni d’un notaire. L’accord de principe ne contente aucun organisme. Que faire ? Percevoir un salaire, régler les charges en regard du décalage des paiements de ma clientèle? Puis, régler la mensualité immobilières de madame sachant qu’il n’y a nullement de pension alimentaire ni d’autre emprunt. Je veux solder les dettes administratives par le biais d’un crédit quant à assainir la trésorerie ensuite régler le loyer. L’URSSAF me harcèle et le trou va devenir un gouffre. Mon avocat, l’expert comptable sont perspicaces, clairvoyants vu la diminution significative des charges qui porte ses fruits suite aux dispositions. 35000 € sur 72 mois avec une assurance c’est parfaitement réalisable à payer de plus l’endettement ne dépasserait pas 25% à titre personnel. La maison une caution sinon une garantie ! C’est à devenir fou en plus une capitalisation au Groupement militaire des Armées (GMPA), un Madelin, CEL et PEL certes les deux derniers sont arrivés à l’asphyxie. Dans l’attente de votre réponse. Cordialement Jean-Luc SAC

  • martin 21-02-2015 14:51:03

    comment obtenir un credit quand la banque qui nous a fiché demande un accord de principe pour enlever ce fichage

    coco 21-02-2015 14:51:03

    le CFCAL est un organisme qui prête aux personnes fiché, pour cela il faut être propriétaire d'un bien immobilier si vous êtes propriétaire, vous êtes sauvé !!!!