Quatre erreurs à ne pas commettre en cas de refus de poste !

A-t-on le droit de décliner une promotion ? Ne risque-t-on pas des complications vis-à-vis de son employeur ? On vous dit tout sur le refus de poste !

Quatre erreurs à ne pas commettre en cas de refus de poste !
Un salarié a le droit d’émettre un refus de poste, mais gare aux erreurs !

Votre patron vient de vous convoquer dans son bureau. Il vous propose une promotion. Sauf que cela ne vous enchante pas plus que cela. Que faire en cas de refus de poste ? Comment bien réagir ? Comment éviter de compromettre son avenir ? La réponse dans les lignes qui suivent.

Refus de poste : les 4 erreurs à ne pas faire !


1. Ne vous contredisez pas

Lors de votre entretien d’embauche, vous avez affiché une détermination exceptionnelle. Vous avez dit être un expert dans votre domaine. Vous avez expliqué que vous vouliez piloter des projets, devenir un leader.

Or, si vos premières intentions s’envolent au moment où le Directeur des Ressources Humaines vous propose un poste supérieur, l’ambiguïté aura du mal à passer inaperçu. Vous avez peur du challenge ? La réalité du poste n’est pas celle que vous attendiez ? Faites attention de ne pas décevoir à vos supérieurs.
 

2. Ne déclinez pas le poste tout de suite

En cas de refus de poste immédiat, vous serez discrédité. Ni plus ni moins. Dites-vous que si votre supérieur songe à vous offrir une promotion, c’est qu’il apprécie vos qualités. En refusant aussitôt, vous prenez le risque de le rebuter.

Aussi, sollicitez un délai de 48 heures afin de prendre votre décision en tout état de cause. Dites-vous que la société qui vous embauche dépense de l’argent pour vous et qu’une promotion représente beaucoup de travail sur le plan organisationnel et logistique. Alors, si vous devez dire non, faites au moins semblant d’avoir considéré l’offre de promotion avec intérêt.
 

3. Ne dites pas deux fois « non »

Très honnêtement, la pire des choses serait de répondre par la négative à deux reprises. Si les arguments sont irrévocables, pourquoi pas. Par contre, s’il s’agit simplement de passer son tour une deuxième fois, vous n’aurez plus la confiance de votre patron.

Aussi, nous vous recommandons de prendre les devants dès que possible et de clarifier votre orientation professionnelle.
 

4. Ne parlez pas à la va-vite

Il est très important que vous pesiez le choix de vos mots. Choisissez bien vos formules. Un « non » ne doit pas être défensif, mais offensif. Il ne doit pas faire référence à votre peur des responsabilités, mais relativiser la chose.

Par exemple, plutôt que de répondre « Non, je n’ai pas envie de perdre mon temps à assister à des réunions ou a gérer les conflits » , préférez « Non, je suis plus efficace sur le terrain, lorsque je pars à la rencontre du client. Mais en étendant le champ d’action, pourquoi pas ».

En résumé, il faut éviter tout refus de poste catégorique, mais mettre en évidence vos qualités et les domaines auxquels elles s’appliquent.

A lire aussi :

Laissez votre commentaire


«Faites-nous connaître votre opinion. Partagez vos commentaires et vos questions. Ils vont ajouter une grande valeur à cette discussion."

Envoyer commentaire
Recevez plus d'infos sur ce thème !

Inscription à la newsletter 100% gratuite

En cliquant, j’accepte de recevoir des communications de marketing direct envoyées par monportailfinancier.fr et par nos partenaires. .

Valider