La sélection à l'université : le projet de loi qui crée la polémique

La Ministre de l’Éducation souhaite instaurer la sélection à l'université. Que dit le projet de loi ? Qu'en pensent les différents acteurs de la vie étudiante ? 

La sélection à l'université : le projet de loi qui crée la polémique
La sélection à l'université : tout sur la loi qui fait débat

La ministre de l’Éducation nationale souhaite « engager une véritable réforme du master ». C'est dans ce contexte que s'inscrit le projet de loi sur l'instauration de la sélection à l'université.


Sélection à l'université : un projet de loi qui fait débat

La loi devrait être proposée une fois que les universités, les organisations étudiantes et syndicats auront fini de négocier. La réforme du Master devrait être mise en place dès la rentrée 2017.

La ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, veut en effet que les étudiants puissent être recrutés par les universités dès l'entrée en première année de Master, et non en deuxième année, comme cela est actuellement pratiqué. 

La Ministre s'oppose farouchement à une sélection totale à l'université. D'ailleurs, elle parle de recrutement. Elle souhaite une meilleure cohérence dans le système, une meilleure orientation et  « un droit à la poursuite d’études » pour les étudiants qui ne pourront intégrer le master de leur choix. En somme, on devrait leur proposer un autre Master.

Toutefois, le projet de loi sur la sélection à l'université suscite de nombreuses polémiques.
 

Une sélection déjà en place dans certaines universités ?

Selon le syndicat étudiant L’Unef, la sélection à l'université est déjà pratiquée en France. Dans une enquête publiée en juin 2016, le syndicat dénonçait cette méthode. Les 60 universités mises en cause, sélectionneraient leurs étudiants sur dossiers, entretiens, mais demanderaient également des prérequis afin d'intégrer leurs cursus.

Le résultat : les étudiants bénéficieraient davantage d'heures d'enseignement, de formations plus encadrées, etc. Une façon de favoriser les élites, analyse-t-on. La Conférence des présidents d’universités (CPU)  s'est défendue en indiquant que demander des prérequis n'avait rien d'inégal. Il a été expliqué dans Le Monde : il s'agit aussi « d'attirer les meilleurs étudiants ».
 

La sélection à l'université : un tabou ?

Pour certains observateurs, il faudrait instaurer une sélection à l'université afin de les rendre plus compétitives. Certains soulignent les taux d'échecs élevés en Licence. Selon le magazine L’Étudiant, seulement 27 % des étudiants obtiennent leur Licence en trois ans. Environ 40 % d'entre eux redoublent. Faudrait-il donc instaurer la sélection bien avant le Master comme le préconisent certains ? Ou s'agit-il plutôt d'un véritable problème d'orientation ?

Regardant le taux d'échec en Licence, il faut aussi se rappeler que l'Unef, dans son rapport sur l'augmentation du coût de la vie des étudiants, indiquait que nombreux sont ceux qui doivent travailler pour subvenir à leurs besoins. Cela a un certain impact sur leurs études. 
 

La nécessité d'une réforme

Pour certains analystes, il existe bien une sélection dans le système français avec les IUT, les BTS, les grandes écoles. Il faudrait donner aux universités les mêmes chances. 

Le nombre d'étudiants est en forte progression (2,59 millions en 2016, selon BFM Business). Depuis la création de la LMD (Licence-Master-Doctorat), les universités attirent de plus en plus d'étudiants. Tout le monde est d'accord sur la nécessité d'une réforme, mais laquelle, et comment ? Le débat continue…

A lire aussi :

Ida Macondo Ida Macondo

Originaire de Paris, Ida est une passionnée d'écriture et de voyages qui ne se déplace jamais sans son carnet de notes ni son appareil photo. Ida réside aujourd'hui en Suisse.

Laissez votre commentaire


«Faites-nous connaître votre opinion. Partagez vos commentaires et vos questions. Ils vont ajouter une grande valeur à cette discussion."

Envoyer commentaire
Recevez plus d'infos sur ce thème !

Inscription à la newsletter 100% gratuite

En cliquant, j’accepte de recevoir des communications de marketing direct envoyées par monportailfinancier.fr et par nos partenaires. .

Valider