Temps de travail : 30 heures par semaine, ça fonctionne ?

Depuis 2015, la semaine de travail à 30 heures est testée en Suède. Voyons voir les résultats de cette expérience ambitieuse !

Temps de travail : 30 heures par semaine, ça fonctionne ?
Ce qu’il faut savoir sur la semaine de travail à 30 heures

Le thème du temps de travail en France fait actuellement couler beaucoup d’encre, surtout qu’à l’approche des élections présidentielles certains craignent, dans un avenir proche, la disparition des 35 heures et une augmentation de la durée du travail hebdomadaire.

En Suède, une mesure à contre-courant avait été prise. En effet, alors que dans la plupart des pays le temps de travail augmente, les Scandinaves ont décidé de le diminuer. Voyons si cela a fonctionné !
 

Temps de travail en Suède : un concept révolutionnaire ?

 

Rappel de l’expérience

Depuis 2015, dans la région de Göteborg, le concept de la semaine à 30 heures est testé, soit 6 heures par jour. Cela avait commencé par la moitié de l’effectif d’une maison de retraite. Le concept veut que le temps de travail soit réduit et le salaire inchangé. Sur le papier, cela semble fou, mais pas totalement.

En 2002, un garage Toyota avait déjà mis en place ce système avec de bons résultats et les employés étaient ravis. L’usine fonctionne 12 heures par jour avec deux équipes qui se relaient et qui travaillent 6 heures chacune.

C’est ce genre d’exemple qui avait motivé la commune de Göteborg à lancer l’expérience. Voyons qu’en est-il maintenant.
 

Quels résultats ?

En ce qui concerne le garage Toyota, au niveau du bonheur des salariés et de la productivité cela fut un succès. En ce qui concerne l’expérimentation plus générale de la commune, les résultats sont modérés.

Les salariés travaillant 30 heures par semaines sont heureux. Ils se considèrent en meilleure santé, d’ailleurs les arrêts maladies ont beaucoup baissé. Ils passent même une partie de leur temps libre à prendre soin d’eux. De plus, ces horaires réduits permettent aux employés d’être mieux concentrés sur ce qu’ils font et cela se répercute sur la qualité du travail.

En revanche pour compenser le temps où ces employés ne travaillent pas, il a fallu compenser en recrutant d’autres personnes et c’est ici que le bât blesse, car financièrement, cela a un coût, ce qui empêche d’appliquer cette mesure à tous les employés.

L’avenir nous dira si l’expérience va se généraliser ou si des ajustements seront trouvés. La Suède, comme d'autres pays, tente de trouver la meilleure formule. Prenons l’exemple d’un pays réputé pour avoir des employés travaillant énormément : le Japon. Ici, la surcharge de travail est devenue extrême et problématique. Il y existe le Karoshi, c’est-à-dire la mort par surmenage.



A lire aussi :

Laissez votre commentaire


«Faites-nous connaître votre opinion. Partagez vos commentaires et vos questions. Ils vont ajouter une grande valeur à cette discussion."

Envoyer commentaire
Recevez plus d'infos sur ce thème !

Inscription à la newsletter 100% gratuite

En cliquant, j’accepte de recevoir des communications de marketing direct envoyées par monportailfinancier.fr et par nos partenaires. .

Valider