background img

Comment calculer le taux de dépendance énergétique ?

Nous consommons tous de l’électricité, mais savons-nous comment elle est produite ? En quoi consiste le mix énergétique de la Belgique ? Et qu’est-ce que c’est exactement ? Un changement de mélange peut-il avoir une incidence sur votre consommation d’électricité ? Nous étudions le sujet pour vous aider à le voir plus clair.

Tout d’abord, il est important de se rappeler quel est le mix énergétique. Il s’agit de la ventilation des différentes sources d’énergie utilisées dans la production d’électricité . Pour cette raison, on parle aussi parfois de mixage électrique.

A lire également : Comment se passe la participation des employés aux résultats ?

Les sources d’énergie en question sont nombreuses. Toutefois, ils peuvent facilement être classés en trois grandes catégories :

  • Combustibles fossiles (gaz),
  • Energies renouvelables (énergie solaire, éolienne, biomasse, hydroélectricité, etc.),
  • Et l’énergie nucléaire (uranium et plutonium).

Le mix énergétique de la Belgique : le bilan selon les statistiques énergétiques d’Elia

En Belgique, l’énergie nucléaire domine , suivie du gaz, puis de l’éolien (terrestre et maritime) et enfin du solaire. Les autres sources d’énergie sont plus anecdotiques.

A découvrir également : Mail pour une confirmation d’entretien : nos conseils

Chaque année, Elia , le gestionnaire du réseau de transport d’électricité sur notre territoire, publie ses statistiques sur ces sources d’électricité.

Plusieurs éléments sautent directement dans les yeux lorsque l’on compare les deux années :

  • La part de l’énergie nucléaire a visiblement diminué.
  • Les énergies renouvelables, en revanche, sont en hausse Autres.
  • Les éléments du mélange semblent stables.

Moins de dépendance à l’égard de l’énergie nucléaire et une production d’électricité renouvelable qui vole.

Bien que la production nucléaire demeure la première source d’électricité en Belgique, on constate que son poids dans le mix énergétique diminue de façon spectaculaire. Pour preuve, bien qu’en 2019 cette source d’énergie ait représenté 49 % du mélange (soit 41 TWh), elle ne représente que 39 % en 2020 (soit 32 TWh). Cette baisse de la production est due à plusieurs facteurs. Nous nous souviendrons en particulier des révisions prévues et non planifiées de plusieurs réacteurs, mais surtout du boom des énergies renouvelables .

L’énergie éolienne et solaire est de plus en plus essentielle pour notre consommation d’électricité. Dans Plus précisément, la production conjointe de ces énergies représente 19 % du mix énergétique en 2020, contre 14 % en 2019. C’est principalement le développement d’éoliennes offshore (c’est-à-dire offshore) qui est à l’origine de cette croissance.

Source d’énergie Contribution au mélange (TWh en %) en 2019 Contribution au mélange (TWh y%)
Éolienne offshore 4,6 TWh 5,5% mix 6,7 TWh 8,3% mix 2,1 TWh ( 46%)
intérieur 3,4 TWh 4,0 % du mélange 4,1 TWh 5,0 % mélange 0,7 TWh ( 21 %)
Solaire 3,5 TWh 4. 2 % du mélange 4,3 TWh 5,3 % mélange 0,8 TWh ( 23 %)
TOTAL 11,5 TWh 13,7 % de mélange 15,1 TWh 18,6 % 3,6 TWh ( 31 %)

Grâce aux nouvelles installations, les énergies renouvelables en Belgique ont pu battre de nombreux records Données sur les énergies renouvelables  :

5 824 MW éolien et solaire

Un nouveau record a été atteint le 11 mai 2020 (à midi), avec une puissance absolue de 5 824 MW combinés vent et soleil.

Éolienne de 3,8 GW

Le record a été battu le 26 décembre 2020 (à 21h00), avec une production éolienne de 3,8 GW .

681 GWh de production éolienne en mer par mois

Les nouvelles éoliennes offshore ont permis une production éolienne de 681 GWh d’ici octobre 2020, dépassant de loin l’ancien record de décembre 2019 avec ses 616 GWh.

629 GWh de production éolienne terrestre par mois

Les parcs éoliens terrestres ont produit 629 GWh Les en février 2020, laissant l’ancien record de 499 GWh loin derrière en décembre 2019.

Production solaire mensuelle de 683 GWh

Sunshine a généré 683 GWh d’électricité solaire en mai 2020 (le précédent record était de 504 GWh en juin 2019).

Stabilité durable pour d’autres sources d’énergie

Enfin, les proportions d’électricité produite à partir de le gaz semble également augmenter, passant de 27 % en 2019 à 34 % en 2020. Cependant, dans son rapport, Elia affirme que cette différence est essentiellement due à une nouvelle méthodologie de calcul et non à une augmentation réelle de la production de gaz. C’est pourquoi le gestionnaire de réseau de transport accompagne sa note d’un graphique qui corrige également le niveau de la catégorie de gaz des années précédentes avec la nouvelle méthodologie. Par conséquent, on constate que cette source reste stable au fil des ans.

Importation et exportation d’électricité en équilibre

En 2019, la Belgique a connu une surcapacité et ses exportations nettes d’électricité ont atteint 1,8 TWh, une première en près de 10 ans.

En 2020, la situation a été quelque peu équilibrée, mais ses exportations nettes restent positives et se situent à 0,2 TWh . Par conséquent, il n’y a pas eu d’importantes importations d’électricité, malgré la baisse de la production nucléaire. Ceci est principalement dû à deux causes :

  • Mesures liées à la crise du COVID-19 qui ont permis de réduire la consommation d’électricité (7 % de moins que la moyenne des 5 dernières années),
  • D’augmenter la production d’énergie renouvelable, comme indiqué précédemment.

Comment le mix énergétique va-t-il changer ?

Le monde de l’énergie bat son plein, il y a fort à parier que le mix énergétique actuel de la Belgique va basculer dans les années à venir. Oui, mais comment ? Personne ne le sait encore. Entre la sortie du nucléaire en 2025, l’engagement de l’Europe à être neutre en carbone d’ici 2050 et les impératifs environnementaux spécifiques à la région, il n’y a toujours rien d’inébranlable. Dans tous les cas, l’urgence le climat devrait logiquement entraîner une augmentation de la part des énergies renouvelables. Mais le pays pourra-t-il compter uniquement sur le vent et le soleil ?

Le nucléaire, un débat sans fin ?

L’énergie nucléaire comporte des risques qui n’existent plus : le problème des déchets radioactifs, le risque d’un incident d’une ampleur catastrophique (comme l’histoire nous l’a montré), le traitement de l’eau utilisée par la centrale électrique, etc. Nous pensons donc que la Belgique a longtemps décidé de la question du temps, depuis la législation belge prévoit la sortie du nucléaire d’ici 2025 . En réalité, la situation est plus complexe.

Comme l’indique le bouquet énergétique, le pays reste fortement dépendant de cette source d’énergie, bien que son poids ait diminué cette année. Si nous voulons nous passer de l’énergie nucléaire, il sera nécessaire de fournir un source alternative pour couvrir la consommation d’électricité du pays. L’une des solutions couramment envisagées est la construction de centrales électriques supplémentaires alimentées au gaz. Le problème est que ces centrales à gaz émettent une quantité importante de CO2, ce qui n’est pas le cas des centrales nucléaires. Si la Belgique veut atteindre ses objectifs environnementaux, ce ne serait pas la meilleure option. Il est toujours possible d’importer de l’électricité des pays voisins. Mais là encore, cela aurait un inconvénient majeur, celui d’augmenter considérablement le coût du transport.

Par conséquent, il semble qu’il n’y ait pas de solution idéale, il faudra donc prendre « le moins pire ». Il reste maintenant à déterminer ce qui sera… Sauf si les technologies renouvelables gagnent du temps ?

L’essor de l’énergie éolienne en mer

Serait-ce de bon augure de la mer du Nord ? Quoi qu’il en soit, nous constatons que l’intérêt de la Belgique pour l’éolien offshore ne fait que croître . Des projets émergent de partout, qu’ils soient gérés par des coopératives citoyennes ou des institutions établies. Il semble que ces hélices géantes aient de beaux jours devant elles sur la côte belge, ce qui renforce la transition énergétique.

La question est maintenant de savoir comment optimiser la production. En fait, les éoliennes, qu’elles soient terrestres ou maritimes, dépendent d’un facteur météorologique aléatoire. Si le vent est calme, il s’agit de sous-production, et quand il souffle plus fort, il y a surproduction. Ce phénomène n’est pas forcément très bénéfique, car l’électricité reste difficile à stocker . Mais des solutions émergent lentement, comme le projet d’usine d’hydrogène verte de Colruyt.

Mais, à à long terme, la Belgique pourra-t-elle se doter d’un mix énergétique 100% écologique pour tout cela ? Idéalement, il faudrait que ce soit le cas. En fait, les médias semblent encore très limités. Certains affirment que la Belgique ne dispose pas des ressources nécessaires pour fonctionner uniquement avec des énergies renouvelables (le soleil n’est pas assez abondant pour l’énergie solaire, le vent est trop aléatoire pour le vent, la géographie n’est pas adaptée à l’énergie hydroélectrique, etc.). Cependant, il semble inévitable que les énergies renouvelables deviennent de plus en plus importantes dans les années à venir, voire qu’elles deviennent la majorité du mix énergétique belge. Par conséquent, il est très probable que de nouveaux records seront également battus en 2021.

Et qu’en est-il du consommateur dans tout cela ?

La composition du mélange énergétique a peu d’influence directe sur les consommateurs . Depuis que tous les les sources de production voient leur électricité livrée au même réseau de transport et de distribution, l’électricité que vous consommez chez vous est indifférente, quelle que soit la part d’énergie nucléaire ou renouvelable qui la constitue.

Un impact sur le projet de loi ?

Cependant, n’oubliez pas que si la production d’électricité du pays est généralement faible par rapport à la demande, cela pourrait augmenter votre facture finale . L’impact sera globalement minime, car le coût de l’énergie en tant que tel ne représente qu’une partie du prix que vous payez réellement.

Cependant, méfiez-vous des cas extrêmes où certaines centrales électriques sont forcées d’être fermées pendant plusieurs mois et où des pénuries d’électricité pourraient menacer le pays. À ce moment-là, le chiffre d’affaires final pourrait connaître de fortes hausses de prix.

Enfin, si le mix énergétique a peu d’impact sur les citoyens, ce dernier, en revanche, peut l’influencer. Les moyens possibles incluent l’installation de panneaux photovoltaïques ou le choix d’un fournisseur écologique .

En montrant clairement leur volonté de consommer de l’électricité produite à partir de sources renouvelables , les consommateurs forceront les producteurs d’énergie à répondre à cette tendance. Ils devront donc multiplier les initiatives allant dans ce sens. Cela pourrait supprimer certains obstacles ou la réticence à investir dans la production d’électricité verte.

Choix d’un fournisseur écologique : ce n’est pas toujours une chose naturelle

Les fournisseurs d’électricité n’ont pas toujours le contrôle sur la partie production, à l’exception des producteurs fournisseurs, tels qu’ENGIE ou Luminus. En conséquence, bon nombre d’entre eux forment leur propre bouquet énergétique en achetant leur électricité auprès de différents producteurs, en fonction de leurs besoins et de leur stratégie. Cette combinaison peut varier considérablement d’un fournisseur à l’autre. Ils le proposeront ensuite à leurs clients par le biais d’offres distinctes.

C’est là que vous devrez être à la recherche d’une énergie entièrement renouvelable. En fait, certains fournisseurs peuvent vous proposer des offres « 100 % écologiques » en achetant des « étiquettes de garantie d’origine  ». Cependant, ces étiquettes signifient simplement qu’une partie de l’électricité fournie provient de sources renouvelables. Ils ne garantissent pas que toute l’électricité sera belle et verte. Ce n’est pas le cas si le fournisseur en question dispose d’un bouquet énergétique composé principalement de combustibles fossiles ou nucléaires. N’oubliez pas que vous pouvez toujours vérifier le mix énergétique de votre fournisseur sur votre facture.

Cependant, tous les fournisseurs ne sont pas « gris » à cause de tout cela. En fait, nombreux sont ceux dont l’approvisionnement est principalement, voire entièrement, constitué d’électricité vraiment verte . C’est notamment le cas des coopératives écologiques, qui investissent massivement dans l’énergie éolienne.

Conclusion : C’est à vous de négocier le tournant de la transition énergétique

Le mix énergétique belge du demain ne peut pas être le même qu’aujourd’hui , et nous sommes certainement à un tournant décisif dans le secteur de l’énergie tel que nous le connaissons. L’énergie nucléaire, malgré ses avantages, laisse trop de doutes quant à sa sécurité. Le fossile n’a plus sa place dans le contexte climatique actuel. Et les énergies renouvelables n’en sont qu’à leurs balbutiements.

Toutefois, les choses évoluent. Doucement, mais sûrement. Il est peut-être temps pour vous de changer aussi ? Par exemple, vous pouvez commencer par produire une partie de votre électricité à l’aide de panneaux photovoltaïques, ou simplement choisir un fournisseur plus écologique.

Catégories de l'article :
Entreprise