background img

Comment ne pas déprimer à la retraite ?

En France, 14 millions de retraités ont été dénombrés en 2019. Un chiffre considérable lorsque l’on sait que seuls 11 millions de jeunes avaient entre 15 et 29 ans à la même date. La santé mentale des retraités est donc un problème de santé publique majeur. Cependant, la plupart d’entre eux vont traverser une phase de dépression temporaire dès qu’ils cessent de travailler : la tristesse de la retraite.

Perte de statut social, réduction des contacts sociaux, recherche de sens… La tristesse de la retraite ne se produit pas sans raison. Véritable amélioration de l’orientation, la transition vers la retraite peut être difficile à vivre. Et c’est d’autant plus important que les contacts sociaux se rompent parfois. Comment surmontez-vous cette tristesse passagère et rétrouvez-vous le reste de votre vie au maximum ? Il répond avec Servane Jeanselme, psychologue clinicienne de Villeurbanne.

A lire en complément : Quelle est la différence entre mutuelle et prévoyance ?

La tristesse de la retraite, un fléau qui passe

Ce n’est pas facile passer à la retraite. Perte d’emploi, peur de la vieillesse, crise d’identité… Ce sont toutes les habitudes d’une vie qui sont perturbées. Mais pourquoi une telle vague de dépression dans ce qui promet d’être détente et répit ?

A lire aussi : Quelle date versement retraite complémentaire 2021 ?

« Face au nouveau temps libre, certaines personnes se sentiront tristes, mal à l’aise après la transition vers la retraite. Et cela, surtout parce que cette période doit nous permettre de nous réinventer. Trouver de nouvelles ressources, une nouvelle façon d’investir votre vie », explique Servane Jeanselme. Ainsi, la perte de leur statut social éveille leur peur du vide et des absurdités. L’être humain est construit sur sa capacité de grandir et d’être utile à la société, afin d’en tirer une existence significative. Sans activité professionnelle, toute son identité personnelle est remise en question.

Si l’activité professionnelle est perturbée, les bases de votre vie de couple le sont également. La pièce a permis une séparation de chacun dans le couple, affirmant leur individualité. Aujourd’hui, la vie en couple est toujours en jeu : « La retraite n’affecte pas seulement le changement socioprofessionnel, elle touche également tous les autres aspects de la vie. En particulier, une crise supplémentaire peut survenir dans le couple. Surtout lorsque la retraite est compatible avec le départ des enfants à la maison. »

Si l’on parle couramment de la tristesse de la retraite, est-ce vraiment le cas ? « Tout dépend de tout le monde. Certains ne connaîtront qu’un blues passagère, juste une difficulté de passe. Pour d’autres, le sentiment de perte de référence est amplifié et provoque une profonde dépression », explique Servane Jeanselme. Par conséquent, « dès que le retraité ressent une profonde tristesse, un goût pour la vie perdue, un désir de rien, il faut consulter. En fait, c’est une dépression, une maladie pour laquelle un soutien est nécessaire pour s’en sortir. »

Apprenez à être pour soi-même, plus pour la société

Nouveau Défi ? Donnez un sens à votre vie. Après avoir passé votre vie à être pour la société et pour les autres, vous devez maintenant apprendre à vivre pour vous-même. S’il y a beaucoup de peurs (peur de trouver longtemps, peur d’être inutile, peur de trouver un vide), les surmonter rend la vie plus satisfaisante.

« La retraite exige un renouvellement de soi. Un défi pour trouver d’autres intérêts, se mobiliser et se relancer dans une nouvelle dynamique. Il est donc intéressant de consulter un professionnel de la santé ou du bien-être pour vous permettre de vous relocaliser dans le moment présent », conseille Servane Jeanselme.

En fait, la transition vers la retraite est une épreuve qui suscite beaucoup d’introspection. Par conséquent, la première chose à faire est de retrouver une bonne estime de soi. Le travail ne définit pas les actifs, tout comme la retraite ne définit pas les retraités. Considérer ce mauvais moment comme un véritable tremplin pour soi-même.

La crise de la retraite cache donc une crise existentielle. Comme une deuxième crise chez les adolescents, mais avec un objectif différent. À l’adolescence, l’objectif est de comprendre qui on peut être dans la société, tandis que la retraite pose la question de savoir qui on est pour soi.

Par conséquent, il faut éviter de s’isoler trop souvent. Cela ne ferait qu’accentuer la dépression sans la résoudre. « Des études montrent que les personnes isolées sont plus susceptibles de souffrir de dépression, contrairement aux personnes en contact. » Si la floraison de cette nouvelle vie ne se fait pas immédiatement, les contacts sociaux aident à surmonter cette période sans trop de difficultés.

La préparation à la retraite, une reconversion

Pour mieux apprécier votre retraite, anticiper votre départ est la meilleure option. En fait, organisez une liste de choses que vous aimeriez faire pour briser ce paradoxe de l’inactivité. Par conséquent, le processus de le chagrin de sa vie professionnelle est diminué par les possibilités de reconstruction.

« La retraite est un renouveau, une nouvelle dynamique de croissance. Il vous permet de l’activer en faisant ce que vous ne pouviez pas ou avez eu le temps de faire auparavant. Mais aussi pour atterrir la passivité. Mais une passivité positive, loin d’être négative », témoigne Servane Jeanselme.

Alors, comment se préparer à la retraite et limiter cette tristesse ? « Certains partenariats spécifiques aident les futurs retraités à se préparer et à anticiper leur retraite. De même, certaines mutuelles ou professionnels de la santé peuvent faire le point sur vos besoins avec vous. »

La voie principale est donc celle des préjugés. Pour une bonne raison ? L’image du retraité solitaire, isolé et triste n’est pas absolue. Changer votre perception de l’avenir vous encouragera à sortir, à rester actif et à être en bonne santé mentale. Par conséquent, il est impératif de maintenir une perspective positive sur pour assurer une conversion heureuse.

SAVOIR

En moyenne, les personnes nées en 1951 passent plus de 26 ans de leur vie à la retraite. Plus d’un quart de siècle, un chiffre remarquable.

Catégories de l'article :
Retraite
Show Buttons
Hide Buttons