background img

Tout savoir sur la dette privée

Pourquoi prendre une banque en ligne de qualité ?

Les médias parlent souvent de la dette publique en laissant de côté la dette privée. Pourtant, cette dernière n’est pas moins problématique que la dette publique. Si vous avez envie d’en apprendre plus à ce sujet pour enrichir vos connaissances dans le domaine, cet article vous en parle brièvement.

Un tour d’horizon sur la dette privée

La dette privée d’un pays est un élément qui représente l’ensemble des dettes des acteurs économiques privés. Ici, il s’agit des ménages, des entreprises, des commerçants, etc. Un acteur économique privé s’endette par exemple en souscrivant un crédit à la banque ou en ne payant pas ses impôts. La dette privée évolue ainsi en fonction des crédits octroyés et des remboursements effectués. 

A lire aussi : Modifier les statuts d'une SAS : quelques conseils

La dette privée peut impacter sérieusement l’économie si elle représente une partie importante du PIB. Elle est également une dette très risquée. En effet, la dette publique est remboursable puisque l’État est immortel. Ce n’est malheureusement pas le cas d’un acteur économique privé. Un ménage a une durée de vie limitée. C’est ce qui l’oblige à rembourser sa dette à un moment donné. En cas de non-remboursement, les problèmes peuvent rapidement survenir.

Les acteurs qui participent le plus à la dette privée sont les entreprises. Cela est dû au fait que la majorité des structures optent pour des moyens de financements très risqués. Par conséquent, elle se retrouve en difficulté lorsqu’elle n’atteint pas ses objectifs. C’est pour cette raison qu’il est conseillé aux entreprises d’opter pour un financement qu’elles pourront rembourser sans difficulté en fonction de la durée proposée.

A lire aussi : Optimisez la gestion de votre budget d'entreprise en évitant ces erreurs

Les différents types de dette privée

Il existe plusieurs types de dettes privées. D’abord, il y a la dette bancaire qui est l’une des plus courantes. Elle consiste à emprunter aux banques pour financer un projet ou acheter un bien immobilier, par exemple. Les entreprises recourent aussi à cette méthode pour leur financement. Il y a aussi la dette obligataire, qui est une dette contractée sur les marchés financiers via l’émission d’obligations. Cette forme de dette est très prisée par les grandes entreprises et permet notamment de diversifier leurs sources de financement. La titrisation est une autre forme de dette privée souvent utilisée par les institutions financières telles que les banques et les assurances. Elle consiste en la transformation d’un ensemble d’actifs tels que des prêts immobiliers, des crédits auto ou encore des créances en titres négociables sur le marché financier. L’affacturage correspond quant à lui à la cession des factures clients d’une entreprise afin qu’elle puisse recevoir du cash rapidement sans avoir besoin d’attendre le paiement effectif des factures clientes. Les fonds propres sont aussi considérés comme une forme de dette privée, car ils représentent l’argent investi dans l’entreprise par ses propriétaires actionnaires plutôt que sous forme d’emprunts auprès des institutions financières traditionnelles. Certains acteurs économiques se mettent aussi dans le business angel où ils ont tendance à accompagner et investir dans certaines start-up afin de les soutenir.

Tous ces types de dettes ont leurs avantages mais posent aussi des risques pour les investisseurs. Il faut bien identifier le profil de l’emprunteur et analyser la fiabilité avant tout engagement. De même, il est impératif que les emprunteurs soient conscients du montant qu’ils peuvent rembourser pour éviter un endettement trop important.

Les avantages et les risques de la dette privée pour les investisseurs

Les investisseurs qui choisissent la dette privée ont l’avantage de bénéficier d’un rendement plus élevé que celui proposé par les produits financiers traditionnels comme les livrets d’épargne ou les fonds en euros. Effectivement, le taux d’intérêt offert sur une obligation peut être supérieur à 5 % pour une durée moyenne allant de 3 à 7 ans. La debt crowdfunding est aussi l’un des nouveaux outils utilisés dans ce domaine et elle permet aux particuliers ou aux entreprises de prêter directement leur argent via une plateforme en ligne.

Les investisseurs peuvent choisir leur niveau de risque selon leurs préférences. Ils peuvent opter pour des obligations considérées comme très sûres, telles que celles émises par l’État français, ou s’exposer davantage à des sociétés moins bien notées mais tout aussi rentables.

Il y a certains risques associés aux dettes privées qu’il faut absolument prendre en compte avant toute décision d’investissement. Le risque lié au défaut, effectivement, si l’emprunteur ne rembourse pas sa dette (faillite), alors l’investisseur perd son capital initial et n’est pas garanti contre cette perte, contrairement au dépôt bancaire. L’autre type de risque est lié à la liquidité, car ces titres ne sont pas toujours facilement revendables sur le marché secondaire lorsque vous avez besoin rapidement de votre argent. Souvent opaques et difficiles à comprendre pour les non-initiés, ces dettes privées requièrent une analyse minutieuse de chaque emprunt. Vous devez vous renseigner auprès de sources fiables avant toute décision.

La dette privée est une option intéressante pour diversifier son portefeuille et obtenir des revenus réguliers, mais elle n’est pas sans risque. Les investisseurs doivent être conscients du profil de l’emprunteur afin d’optimiser leur rentabilité tout en minimisant les risques encourus.

Catégories de l'article :
Entreprise