background img

Chute de la bourse et flambée des prix du gaz : rapports et conséquences prévues

La chaîne BFM bourse a récemment annoncé, de source vérifiable, un indice parisien en baisse de 1,80 %. Le marché boursier s’inquiète désormais de la hausse des tarifs du gaz et de la politique financière de la Réserve fédérale. Faisons le point dans cet article.

Zoom sur les derniers chiffres annoncés

Les nouvelles ne sont pas très bonnes. L’indice vedette de la Bourse parisienne s’est conclu par une baisse de 1,80 %. Selon l’unanimité des spécialistes et des brokers trading, il s’agit de la plus forte baisse relevée depuis début juillet 2022. En fait, c’est la totalité des indices européens qui ont chuté. À Londres par exemple, le FTSE a plafonné son repli à 0,2 %. Parallèlement, le FTSE milanais a baissé de 1,6 %. Le DAX 40 de Francfort a quant à lui perdu près de 2,5 %. Mais l’événement qui a marqué la tendance est certainement l’ouverture dans le rouge de Wall Street. 

A lire aussi : Est-il facile de vendre des Bitcoins ?

Qu’en pensent les investisseurs et analystes boursiers ? 

Pour le moment, les investisseurs boursiers sont sur la défensive. Comme nous l’avons vu plus haut dans l’article, la baisse généralisée des indices est due à l’inquiétude liée à la hausse des prix du gaz et aux dernières annonces de la Réserve fédérale américaine (Fed). Ainsi, le caractère hésitant des acteurs de ce milieu s’avère totalement justifié. Les analystes boursiers sont eux aussi très prudents ! Pour beaucoup, cette baisse des indices n’est que la suite logique d’une inflation qui touche actuellement l’économie internationale. D’un autre côté, les produits manufacturés américains sont devenus moins compétitifs sur le marché mondial ; et pour cause, depuis le début de l’année 2022, l’indice du dollar a grimpé de plus de 4 %. C’est bien sûr une excellente nouvelle pour les investisseurs américains, toutefois, cela pèse sur la bourse européenne. Conséquence directe, beaucoup d’investisseurs européens se montrent très réservés quant aux dépenses boursières qu’ils étaient prêts à concrétiser dans les jours ou les semaines à venir.

Pour autant, il ne faut pas crier au loup !

En effet, bien que la bourse soit actuellement sous pression, le CAC 40 a quand même gagné plus de 7 % depuis le début de l’année. De plus, il est important de rappeler que les chiffres annoncés ne sont que des indicateurs. La bourse est un marché très volatil et les tendances peuvent changer à tout moment. Enfin, bien que les analystes pessimistes fassent beaucoup de bruit, l’unanimité reste d’accord sur un point considérable : la baisse des indices boursiers semble temporaire. Pour l’heure, la recommandation équitable s’oriente vers une exhortation à ne pas vendre ses actions précipitamment.

A lire en complément : Quel pourcentage pour un investisseur ?

Quoi qu’il en soit, la chute des indices boursiers internationaux est un événement qui ne doit pas être pris à la légère. Assurément, elle impacte directement l’économie française, européenne et mondiale. Dans les prochaines semaines, nous suivrons de près l’évolution de la bourse afin de vous tenir informé des dernières tendances. En attendant, retenez ceci : la précipitation n’a jamais été un bon conseiller boursier. Soyez patient, suivez les recommandations des analystes de confiance, et n’oubliez pas que le marché boursier reste imprévisible !

Catégories de l'article :
News