7 flops de l’histoire automobile

Aujourd’hui, nous allons vous parler des 7 flops de l’histoire automobile. Une sélection faite sur-mesure.

7 flops de l’histoire automobile
Flops de l’histoire automobile : ces voitures qu'on ne conduira jamais !

Envie d'une nouvelle voiture ? N'attendez plus pour vous faire plaisir !

 


L’histoire de l’automobile, c’est aussi l’histoire de l’innovation et de la création, avec ses succès… mais aussi des échecs. Je ne vous étonne pas ? Mais les autos ci-dessous vont vous étonner. J'en suis sûr. Partons sur 7 modèles, 7 flops de l'histoire automobile !

D’abord nous commencerons par une des marques mythiques françaises : Renault.
 

Top 7 des flops automobiles !

 

1. Vel Satis




Dans le monde automobile, il faut innover, il faut changer de gamme, c’est ce qu’a essayé de faire Renault. Comment passer d’un modèle à succès, la Safrane, vendue à plus de 300 000, à un autre modèle ? Renault s’est lancé avec la Vel Satis. Lancée en 2002, et malgré la forte communication autour du modèle, la Vel Satis a d’ailleurs été le partenaire officiel du Festival de Cannes, cette voiture sera un flop retentissant. À peine plus de 62 000 exemplaires en huit ans de production, avec un investissement de 630 millions de la part de Renault. Comparée à la Safrane exploitée sur 10 ans, il n’y a pas photo. Pour Renault, ce fut «Next»!

De l’autre côté du Rhin, il n’y a pas que des succès… Direction Mercedes.

 

2. Smart ForTwo




Il y a des flops dans l’histoire de l’automobile, parfois c’est par rapport aux ventes, parfois c’est par rapport au côté financier, même si évidemment les deux se rapprochent quelque peu. Mercedes, qui a du succès avec la Smart, a pourtant fait une bourde, la ForTwo. Au total, le constructeur allemand aura perdu plus de 3,35 milliards d’euros ! C’est la plus grande perte constatée de l’histoire automobile. Mercedes voyait grand, très grand, c’est-à-dire 200 000 ventes par an, or elles n’ont atteint, à peine, que les 100 000. C’est le défaut de Mercedes par rapport à la Smart ForTwo : voir trop grand et ne pas imaginer une seule seconde que cela peut louper. Plus les années passent et plus Smart semble trouver son public ! À voir ... 

 

3. Fiat Stilo



Conduisez la voiture de vos rêves, sans dépenser un centime
Il y a des moments où on ne peut pas faire abstraction des résultats financiers, et c’est le cas avec la Fiat Stilo. On parle cette fois-ci de 2,1 milliards d’euros de perte, on peut dire à nouveau que c’est assez énorme. Pourtant, elle s’est vendue à grande échelle, sensiblement 180 000 exemplaires (!), sauf que Fiat voulait en écouler près de 400 000… Oui, il y a un gouffre ! Mais l’erreur de Fiat a peut-être été de vouloir changer son style. Pour concurrencer la Golf de Volkswagen, Fiat a voulu concevoir une voiture peut-être trop «allemande», oubliant son côté italien. La Stilo sera remplacée, et là on dit Bravo !

Pourquoi ne parler que de voitures, bas, milieu ou haut de gamme ? Parlons de voitures de luxe! Et j’en ai deux en réserve.

 

4. Volkswagen Phaeton




Quand on parle de belles voitures, de modèles qui valent des milliers d’euros, on se dit que ça ne peut pas être un flop de l’histoire automobile, et pourtant… Elles coûtent chères et par définition, elles se vendent peu. La Volkswagen Phaeton entre dans cette catégorie. Le groupe allemand, déjà présent sur le segment berline de luxe avec l’Audi A8, a décidé d’en produire une pour Volkswagen, la Phaeton. Le constructeur allemand pensait en vendre 50 000 par an, elle n’en vendra à peine plus de 10 000. Cela génère des pertes… Beaucoup de pertes… 1, 99 milliard d’euros ! Volkswagen n’en fera pas une maladie, elle fera plutôt une Scirocco !

 

5. Bugatti Veyron




Là on parle de luxe, du lourd, très lourd ! La Bugatti Veyron est un flop de l’histoire de l’automobile que vous le vouliez ou non. Elle aura fait perdre 1,7 milliard d’euros au groupe Volkswagen, c’est une coquette somme. Le constructeur allemand voulait en vendre une centaine par an, il n’en vendra que 80 exemplaires. La différence est minime, mais quand vous savez qu’un de ces bijoux vaut entre 1 à 2 millions d’euros pièce, les pertes annuelles sont donc impressionantes.

Toutefois quand on a de l’argent, on peut toujours s’acheter une belle Bugatti. En 2014, c’est l’international français Karim Benzema qui s’est offert une Bugatti Veyron, un modèle acheté quelques années auparavant par l’international portugais Cristiano Ronaldo. Le luxe, toujours le luxe. Revenons en France pour une parenthèse Peugeot.

 

6. Peugeot 1007




Fini le glamour, fini les strass et les paillettes. Revenons sur terre, revenons à la famille, au monospace ? Exact ! En 2004, ce modèle est commercialisé et a une particularité, des portes latérales coulissantes électriques. Génial me direz-vous ? Pas assez pour attirer les clients. En quatre ans, la marque au lion n’avait vendu qu’un peu plus de 120 000 exemplaires. C’est bien trop peu pour Peugeot qui dit stop à l’hémorragie qui aura coûté 1,9 milliard d’euros. Notons toutefois que c’est la première fois dans le monde qu’une voiture possède deux portes coulissantes électriques, une création peut-être arrivée trop tôt sur le marché de l’automobile. À Peugeot, on pense plus maintenant à une ligne digne d’une DS.

Les flops de l’histoire automobile, sans une voiture des années 50 ? Si on vous en a déniché une !

 

7. Ford Edsel




La gamme Edsel de Ford avait tout pour être un succès commercial. Edsel, c’était le nom du fils décédé de Henry Ford. Lancée en 1957, la gamme s’est éteinte en 1959. En terme de chiffres, les ventes se sont approchées des 120 000 exemplaires, toutefois elle est assimilée à un échec commercial pour l’époque et pour Ford. Ford aura bien d’autres succès mais pas sous la gamme Edsel qui paraissait si prometteuse. Pour Ford, il est temps de l’Escort.

Évidemment cette liste n’est pas exhaustive mais elle tend à vous montrer que l’industrie de l’automobile n’est pas fait que de succès, il y a aussi des flops ! On n’arrêtera jamais la création des «designers» et on ne pourra jamais garantir le succès d’un modèle, c’est la loi du marché et surtout la volonté des consommateurs.
 
A lire aussi : 

Laissez votre commentaire


«Faites-nous connaître votre opinion. Partagez vos commentaires et vos questions. Ils vont ajouter une grande valeur à cette discussion."

Envoyer commentaire
Recevez plus d'infos sur ce thème !

Inscription à la newsletter 100% gratuite

En cliquant, j’accepte de recevoir des communications de marketing direct envoyées par monportailfinancier.fr et par nos partenaires. .

Valider