L’Euro 2016 en France : quels enjeux économiques ?

La compétition européenne a débuté le 10 juin. Mais au-delà du football, les millions d’euros donnent le tournis en période de crise…

L’Euro 2016 en France : quels enjeux économiques ?

Le rendez-vous est donné tous les quatre ans. Et comme à chaque fois, les villes candidates se battent pour organiser l’Euro (au même titre que les autres compétitions sportives internationales comme les Jeux olympiques, la Coupe du Monde de Rugby ou les Internationaux de Handball par exemple).

Que justifie cette concurrence acharnée, au vu des investissements nécessaires colossaux à adosser à des contraintes budgétaires dictées par une crise financière de plus en plus profonde ?



 

Comment est financé l’Euro ?

L’Euro 2016, comme les autres rencontres du même type est financé en très grande partie par l’UEFA, organisation européenne tentaculaire et toute puissante dans le football. Tous les quatre ans, elle travaille conjointement avec le pays hôte et la Fédération de Football du pays à préparer les stades et s’assurer que les supporters et les équipes seront accueillis dans de bonnes conditions. On estime ces coûts à 1,7 milliard pour l’Euro 2016.

Parallèlement, la France a investi dans ses transports, dans la sécurité, dans la communication et s’est également engagée à un certain nombre de cadeaux fiscaux (notamment une dispense totale d’impôt et de taxe pour la société organisatrice de l’événement !).

 

Les enjeux économiques de l’Euro

Les bénéfices pour l’UEFA (provenant en premier lieu des droits de retransmission des matchs à la télévision mais aussi de la billetterie, etc.) sont estimés à 800 millions d’euros. Ils sont destinés à être reversés aux différentes fédérations de football. Pour le pays hôte, la France cette année, les retombées sont multiples :
 
  • en termes de tourisme : 1,5 million de fans viennent en France pour l’Euro, on estime leurs seules dépenses dans les stades et sur les fan zones à 1,2 milliard d’euros.
  • en termes de recettes fiscales supplémentaires grâce au surcroît d’activité : environ 108 millions d’euros supplémentaires tomberont dans les caisses de l’Etat 
  • en termes d’emplois : 20 000 emplois sont directement créés grâce à l’Euro (dont 5 000 emplois pérennes) et 94 000 sont indirectement liés à l’événement : un argument de poids en période de chômage.  


Des enjeux qui peuvent être remis en question…


La pression est tellement forte et les sommes en jeu atteignent de tels sommets que tout peut être balayé par des contraintes extérieures :
 
  • Les attentats qui ont endeuillé l’Europe ont posé la question de la sécurité : le renforcement des mesures préventives a un coût.
  • La prudence de certains fans ou partenaires qui ne souhaitent pas participer à l’Euro est également un coup dur pour la compétition.
  • Une météo capricieuse empêche la tenue de bon nombre d’événements parallèles. C’est autant de recettes dont la France se prive.
  • L’agitation sociale à laquelle la France doit faire face actuellement ternit l’image nationale et découragera sans doute certains touristes sur lesquels la France comptait à long terme.
  •  … et les résultats des Bleus. L’intérêt des 70 millions de Français est suspendu au parcours de l’équipe nationale dans la compétition. Une succession de victoires et le moral des Français repart à la hausse avec la consommation. Une défaite et la morosité économique reprennent le dessus…
 
A lire aussi : 

Laissez votre commentaire


«Faites-nous connaître votre opinion. Partagez vos commentaires et vos questions. Ils vont ajouter une grande valeur à cette discussion."

Envoyer commentaire
Recevez plus d'infos sur ce thème !

Inscription à la newsletter 100% gratuite

En cliquant, j’accepte de recevoir des communications de marketing direct envoyées par monportailfinancier.fr et par nos partenaires. .

Valider